La boîte noire de Darwin

Et si Darwin s’était trompé ? Selon Michael Behe, le père de l’Intelligent Design, les découvertes les plus récentes dans le domaine de la biochimie démontrent que les mécanismes de base de la vie sont le résultat d’une conception intelligente. Vendu à des centaines de milliers d’exemplaires, cet ouvrage a créé un débat qui n’est pas prêt de s’arrêter.

L’œuvre de Darwin tourne autour d’une question : les êtres vivants sont-ils le résultat de forces naturelles comme le hasard et la sélection ou ont-ils été créés séparément par un Concepteur ? Darwin a montré que les caractéristiques des êtres vivants s’accordent bien mieux avec la première hypothèse. Mais Darwin et ses successeurs ignoraient tout du contenu de la cellule. Elle était pour eux une « boîte noire » dont le contenu leur semblait très simple.

Depuis quelques décennies, les mécanismes de bases de la vie sont de mieux en mieux connus.

L’auteur nous emmène dans un voyage extraordinaire au cœur de l’infiniment petit. Il multiplie les exemples montrant que des processus aveugles et non programmés ne peuvent rendre compte de l’apparition et du développement d’un grand nombre de mécanismes de base de la biochimie grâce auxquels la vie existe.

Cela le conduit à réintroduire l’hypothèse que Darwin et ses successeurs avaient cru pouvoir éliminer, selon laquelle la vie, comme toute technologie, serait le résultat d’une conception intelligente. Il ne s’agit en aucune façon de soutenir un créationnisme naïf, l’auteur croit totalement en l’existence d’un ancêtre commun à tous les êtres vivants. Il ne s’agit pas non plus d’un retour en arrière, puisque cette conclusion est basée sur les résultats les plus récents des sciences de la vie, et non pas sur leur négation comme c’est le cas chez les créationnistes.

Michael Behe, biochimiste, est professeur de biologie à l’université Lehigh, en Pennsylvanie. Il est le premier scientifique de ce niveau à avoir affirmé que les mécanismes de la biochimie dévoilés par la science moderne indiquaient que la vie était le résultat d’une conception intelligente, contribuant ainsi à créer le mouvement de l’Intelligent Design dont il est la principale figure scientifique.

Postface de Jean-Michel Olivereau, neurobiologiste, professeur honoraire à l’université Paris-Descartes

La boîte noire de Darwin

€11,90
La boîte noire de Darwin - ChezCarpus.com La boîte noire de Darwin - ChezCarpus.com La boîte noire de Darwin - ChezCarpus.com La boîte noire de Darwin - ChezCarpus.com La boîte noire de Darwin - ChezCarpus.com La boîte noire de Darwin - ChezCarpus.com La boîte noire de Darwin - ChezCarpus.com
La boîte noire de Darwin - ChezCarpus.com La boîte noire de Darwin - ChezCarpus.com La boîte noire de Darwin - ChezCarpus.com La boîte noire de Darwin - ChezCarpus.com La boîte noire de Darwin - ChezCarpus.com La boîte noire de Darwin - ChezCarpus.com La boîte noire de Darwin - ChezCarpus.com

La boîte noire de Darwin

€11,90
€11,90

Et si Darwin s’était trompé ? Selon Michael Behe, le père de l’Intelligent Design, les découvertes les plus récentes dans le domaine de la biochimie démontrent que les mécanismes de base de la vie sont le résultat d’une conception intelligente. Vendu à des centaines de milliers d’exemplaires, cet ouvrage a créé un débat qui n’est pas prêt de s’arrêter.

L’œuvre de Darwin tourne autour d’une question : les êtres vivants sont-ils le résultat de forces naturelles comme le hasard et la sélection ou ont-ils été créés séparément par un Concepteur ? Darwin a montré que les caractéristiques des êtres vivants s’accordent bien mieux avec la première hypothèse. Mais Darwin et ses successeurs ignoraient tout du contenu de la cellule. Elle était pour eux une « boîte noire » dont le contenu leur semblait très simple.

Depuis quelques décennies, les mécanismes de bases de la vie sont de mieux en mieux connus.

L’auteur nous emmène dans un voyage extraordinaire au cœur de l’infiniment petit. Il multiplie les exemples montrant que des processus aveugles et non programmés ne peuvent rendre compte de l’apparition et du développement d’un grand nombre de mécanismes de base de la biochimie grâce auxquels la vie existe.

Cela le conduit à réintroduire l’hypothèse que Darwin et ses successeurs avaient cru pouvoir éliminer, selon laquelle la vie, comme toute technologie, serait le résultat d’une conception intelligente. Il ne s’agit en aucune façon de soutenir un créationnisme naïf, l’auteur croit totalement en l’existence d’un ancêtre commun à tous les êtres vivants. Il ne s’agit pas non plus d’un retour en arrière, puisque cette conclusion est basée sur les résultats les plus récents des sciences de la vie, et non pas sur leur négation comme c’est le cas chez les créationnistes.

Michael Behe, biochimiste, est professeur de biologie à l’université Lehigh, en Pennsylvanie. Il est le premier scientifique de ce niveau à avoir affirmé que les mécanismes de la biochimie dévoilés par la science moderne indiquaient que la vie était le résultat d’une conception intelligente, contribuant ainsi à créer le mouvement de l’Intelligent Design dont il est la principale figure scientifique.

Postface de Jean-Michel Olivereau, neurobiologiste, professeur honoraire à l’université Paris-Descartes

Vous avez aussi regardé: